13/05/2006

LA semaine...

... de la fête des mamans!!!
 
Tout a commencé lundi, 17 heures... Retour de la Princesse qui très fière m'annonce : "J'ai commencé ton cadeaaaaaau!!!". A l'heure du souper, je constate, en attachant ses cheveux, que mon cadeau sera BLEU... Ben oui : quelques mèches de cheveux bleus, c'est joli!!!
Et à partir de ce jour-là, c'est la valse des cachotteries, des secrets avec Papa, et des rires étouffés... Et j'apprends que mon cadeau sera aussi UTILE! Aïe... je crains le pire! Surtout que le papa a l'air de vraiment bien se marrer!
Du côté du fiston... j'ai appris que Madame est une maligne : elle joint l'utile à l'agréable : le cadeau est réalisé au compas! re-aïe!
 
Vous connaissez les enfants... ils n'ont pas pu attendre LE jour J! et j'ai déjà reçu et déballé mes cadeaux!!!
 
Bien sûr... vous avez envie de savoir... T-t-t-t-t! Ben non, vous, vous attendrez demain!!! Hihihi!
 

12:03 Écrit par gene | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

demain... sera une très grand jour pour toutes les mamans...

Écrit par : soloamor | 13/05/2006

bonne fête! c'est un jour merveilleux pour les mamans...

dis, j'ai été voir ton autre blog , je me permets de le mettre en lien sur

Écrit par : Gibritte/Animusiques | 13/05/2006

une erreur de manip... un clic trop rapide et hop!
ben ça me donne la possibilité de te donner mon blog principal,
sinon, celui dont je te parlais, pour le lien, c'est

http://femmedanstous-ses-etats.skynetblogs.be/

Écrit par : Gibritte/Animusiques | 13/05/2006

C'est quoi, le cadeau. Pour maman, ce sont des pâquerettes en plastique. Meueueueueueuh. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah. Je cueillais des pâquerettes pour la fête des mères et paf, meuuh, en plein dans les oreilles, pris par derrière. J'ai cru un instant m'être égaré sur des rails et avoir le transsibérien dans le dos. Mon dieu, mais que c'est gros une vache, quand on est accroupi. Beaucoup plus gros que sur les bouteilles de lait. Ne pas bouger, surtout ne pas bouger, j'ai vu ça dans une émission télé sur les fauves, soit courir, mais avant il voir dans le guide du petit louveteau si ça court vite ou pas, soit ne pas bouger. Pas le temps d'aller chercher ce bouquin. Saloperie de pâquerettes. Elle vient de les bouffer. Aïe, c'est pas une langue, ça, c'est une rape à fromage. Aïe, ça doit lui plaire, peut-être l'odeur de la mousse à raser au menthol. Aïe. Si mes souvenirs sont bons, la vache est herbivore. Ca y est, j'ai des crampes dans les genoux. Aïe. Je suis lavé pour deux semaines. "Biquette, gentille Biquette, allez, hop, rentrer maison, faire lolo". Je m'en suis sorti en rampant. Mais que c'est long, une vache. A la sortie, j'étais tout décoiffé. A cause de la queue qui jouait essuie-glace. Tant pis pour les fleurs naturelles, maman en aura en plastique

Écrit par : biglodion | 13/05/2006

Les commentaires sont fermés.